Sin City : J'ai tué pour elle
Image de Juste « parce que »
Juste « parce que »
Photo Par Karl Filion

Robert Rodriguez et Frank Miller, qui se partagent la tâche derrière la caméra, n'accomplissent pas un mauvais boulot, mais semblent sur le pilote automatique. Par rapport au premier film, les mêmes stratagèmes, les mêmes touches de couleur parsemées ici et là, sans que ce soit véritablement convaincant. Ni vraiment raté non plus.

Si je reste
Image de La lumière blanche
La lumière blanche
Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Le petit livre de poche de 220 pages me paraissait bien mince pour faire l'objet d'un long métrage de 107 minutes. Et effectivement, on sent très bien l'étirement de certaines séquences et le complément pesant d'émotions qu'on leur a appliqué. Le début s'avère tout de même assez bien balancé, mais plus on s'enfonce dans l'histoire, plus le rythme devient déficient.

Et si jamais
Image de Love is a stupid monkey
Love is a stupid monkey
Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Bien qu'on parle beaucoup trop de matières fécales (dans toutes les déclinaisons possibles et inimaginables) - probablement pour attirer un jeune public encore partiellement dans sa phase anale -, les dialogues sont amusants et suffisamment ludiques pour qu'un sourire s'installe sur notre visage pendant une heure trente. 

Tu dors Nicole
Image de La séduisante absurdité du quotidien
La séduisante absurdité du quotidien
Photo Par Karl Filion

On y retrouve un humour exigeant mais d'autant plus efficace qu'il ne se contente pas de vulgaires punchs et qu'il ne cesse d'étonner, et on peut y constater la signature d'un auteur qui, depuis Continental, un film sans fusil, s'est raffiné.

Téléchargez gratuitement l'application pour iPhone
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par AOL Canada Logo Moviefone
© 2014 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.